logo-bellyfine
perdre-du-ventre-a-cinquante-ans

Quelles astuces pour perdre du ventre à l’approche des 50 ans [Homme / Femme] ?

 

Pour une femme ou un homme, perdre du ventre à l’approche des cinquante ans est une difficulté. Loin des clichés sur le manque de volonté, cet article traitera des raisons physiologiques pour lesquelles passé un certain âge, la mécanique du corps humain empêche le bon fonctionnement de certaines partitions de notre métabolisme, explications.

 

 

Perdre du ventre à l’approche de la ménopause/andropause

 

Message à toutes les femmes de 50 ans et plus, perdre du ventre est possible à la condition de respecter certaines règles élémentaires dans votre quotidien. Ce message est aussi valable pour les hommes dont le cap des 50 ans favorise une réduction de la production de testostérone, une hormone importante pour la vitalité sexuelle.

Physiologiquement et pour les deux sexes, plusieurs changements s’opèrent au grand âge à l’exemple d’une baisse des sécrétions hormonales, comme les œstrogènes pour les femmes. À cela, vous pouvez ajouter la réduction des hormones de croissance. Mais surtout, le panderostat perd de son efficacité.

Perdre du ventre pour une femme et un homme après 50 ans demande de connaître le fonctionnement du panderostat qui fonctionne grâce à des capteurs périphériques sur tout le corps. Lié à la génétique, cette entité proche de l’hypothalamus prédéfinit le poids estimé d’un individu. Et lorsque le poids effectif et actuel d’une personne s’éloigne trop de cette prédisposition, le panderostat est informé par ces nombreux capteurs situés partout à l’intérieur du corps. Véritable machine de régulation, elle peut toutefois être apprivoisée par une action positive sur l’épigénétique : influence externe à l’être humain modifiant l’expression de ses gênes. Sauf qu’avec l’âge, les capteurs se dérèglent et perdent de leur habilité, raison pour laquelle certaines bonnes actions du quotidien ne sont plus notifiées par les capteurs, annulant la régulation du poids tout en favorisant l’obésité.

 

Si cette glande était la seule raison de la difficulté à perdre du ventre après la cinquantaine, la problématique aurait été résolu plus facilement. Pour rappel, passé 50 ans, le métabolisme d’une femme et d’un homme accélère la fonte musculaire. Cette perte de muscle ne favorise pas une silhouette fine puisque les protéines issues des muscles s’évaporent, laissant la graisse en place comme si les muscles n’avaient jamais existé. Problème, la fonte musculaire ne permet plus de se dépenser énergétiquement autant que par le passé, ce qui réduit drastiquement le ratio entre les calories ingérées et dépensées. Et dans la mesure où le corps humain est constitué de plus de 600 muscles, perdre du ventre [alors que le corps perd sa masse musculaire] signifie augmenter l’importance de la graisse du ventre. Dit autrement, si un kilogramme de muscle brûle 30 calories par jour, la perte de masse musculaire empêche de perdre du ventre passé 50 ans. Surtout lorsque nous savons désormais que la masse musculaire représente près de 70 % du poids de notre corps.

 

Quelles solutions pour perdre du ventre après 50 ans pour une femme ?

 

La bonne nouvelle tient au fait que de nombreux chercheurs se sont intéressés à la perte abdominale à tout âge. De nombreuses études sont parues concernant les femmes. Et malgré leur apparente différence avec le sexe masculin, plusieurs astuces fonctionnent pour les deux sexes.

Le premier conseil étant de consommer plus de protéines dans son assiette quotidienne tout en augmentant la pratique sportive. En effet, le sport stimule la masse musculaire qui combat alors son déclin. De ce fait, la transformation lente et progressive d’un ventre tonique vers un ventre constitué de graisses se réduit.

Le second point tient en une pratique alimentaire que beaucoup d’entre nous ont inclus dans notre quotidien : le pain, le vin ou encore la bière.

 

Passé un certain âge, perdre du ventre demande d’avoir identifié les aliments amis et ennemis de l’assiette quotidienne. Sachez qu’en fonction de la fréquence de consommation de certains aliments, le corps émet un signal de rejet qui crée des intolérances. Parfois d’origines génétique, mais plus souvent acquise dans le quotidien, une personne qui adopte un régime alimentaire peu varié risque d’avoir des difficultés de digestion sur le long terme. Savoir reconnaître les aliments à éviter peut être un outil précieux dans la quête de la perte du ventre. Il en va de même pour le pain, la bière et le vin qui contiennent des niveaux élevés de sucre. Et malheureusement, ces aliments sont consommés dans leur grande majorité en soirée, ce qui favorise le stockage des sucres non utilisés dans les adipocytes.

 

En résumé, pour perdre du poids [homme ou femme] après 50 ans, une première piste : manger protéiné et augmenter sa capacité physique via le sport pour combattre la sénescence des muscles. De l’autre côté, réduisez la consommation de vin, bière et surtout du pain en fin de journée. Sans une activité physique appropriée, votre ventre et la fameuse « bedaine » risqueront de perdurer, pour l’éternité !

Partager cet article :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn